8 January 2018

Le mauvais désilage coûte des milliers d'euros par an

Les méthodes de stockage des aliments, d'ensilage et de désilage constituent des facteurs essentiels lorsqu'il s'agit de limiter les pertes de fourrage. L'ensilage s'effectue la plupart du temps soigneusement car un éleveur est conscient des risques qu'entraîne une mauvaise méthode. Il importe que l'ensemble du tas soit bien comprimé, de sorte que le moins d'oxygène possible entre. Toutefois, au moment où le silo s'ouvre, on est souvent moins vigilant. Le désilage s'effectue avec le matériel disponible, et pas nécessairement avec l'outil le plus adapté.


À la première découpe déjà, le fourrage est arraché et l'oxygène peut pénétrer. Comme un virus invisible, l'oxygène se répand lentement mais sûrement dans le silo, et le développement de moisissures et de levures commence. Dès lors, alors que beaucoup de temps et d'attention ont été consacrés à l'ensilage d'un produit de haute qualité en premier lieu, on surveille souvent moins le maintien de la qualité pendant le désilage. Chaque année, les pertes de fourrage inutiles coûtent très cher aux éleveurs, tandis qu'elles sont simples à prévenir en utilisant le matériel adéquat. Ainsi, il apparaît que le désilage à l'aide d'un cadre de coupe est plus favorable pour le fourrage qu'une fraise ou un chargeur par exemple. En effet, un cadre de coupe laisse le front d’attaque d'ensilage intacte, et cela fait une différence qualitative.

L'échauffement ravage la moitié des silos

Différentes études indiquent que chaque année, de mauvaises techniques d’ensilage et désilage entraînent la perte de milliers de kilos de fourrage*1. L'échauffement en représente une cause importante. Il provoque une perte de valeur nutritive de 5 à 10 % et une assimilation de matière sèche inférieure de 20 à 30 % de la vache. Un silo doté de 35 % d'échauffement provoque une perte de 1 250 VEM par vache. Ce manque est généralement complété à l'aide de fourrage concentré, un poste de dépense qui atteint rapidement 80 €, par vache et par année ! Une étude pratique*2 d'Hendrik Donk sur la qualité du silo de 40 exploitations laitières indique que 46 % des silos de maïs et 58 % des silos d'herbe présentent un échauffement léger à sévère. Voilà donc une raison suffisante pour observer de plus près la gestion de l'ensilage et du désilage.

Limitez les pertes de fourrage à l'aide d'un cadre de coupe

Il importe donc d'éviter tout échauffement dans le silo, ce qui est notamment possible en utilisant le matériel adéquat. Tous les outils de désilage ne sont pas favorables au tas. Les chargeurs et les fourches frontales provoquent un décompactage du fourrage ensilé. De ce fait, la température dans le silo grimpera, entraînant une perte de fourrage inutile. Au moyen d'un cadre de coupe, la paroi d'ensilage reste lisse et dense. Comme l'oxygène ne peut pas pénétrer dans le tas, les moisissures ne peuvent en aucun cas prospérer. En outre, l'eau de pluie demeure en dehors du silo et aucun fourrage en vrac ne reste devant le silo car on a travaillé de manière soignée.

Une démonstration de fourrage avec les mélangeuses automotrices Triotrac et Smartrac démontre que le cadre de coupe économise du fourrage, et donc de l'argent, car il laisse un tas de fourrage parfait, lisse et dense par rapport au désilage à l'aide d'autres systèmes. Grâce au cadre de coupe unique de Trioliet, la paroi d'ensilage reste dense et aucune valeur nutritive n'est perdue. Vous apercevrez un bel exemple sur la photo 1. À droite du centre, le désilage s'effectue au moyen d'un godet pélican et le fourrage est dégagé du tas. À gauche, nous apercevons les coupes désilées à l'aide du Triotrac New Edition, et le Smartrac TS est à l'ouvrage à droite. La différence de résultat entre les différentes techniques de désilage est ici clairement visible. En bref : plus de fourrage et moins de pertes. Un désilage favorable au fourrage vaut la peine.

Machines d'alimentation dotées d'un cadre de coupe :

-          Désileuse

 

à aperçu des mélangeuses Je voudrais des conseils

 

 *1 Source 1: ‘Check your clamp for costly losses’, Farmers Weekly, 8 January 2016

 *2 Source 2: 'Praktijkonderzoek kuilkwaliteit’, uitgevoerd door Hendrik Donk, samengesteld door Erna van Butzelaar, www.deloonwerker.nl, nr.8/2012